Nina Astruc et Encore : des jouets écologiques et ludiques qui ont du sens

C’est vraiment super agréable de prendre la plume pour des « belles personnes ». Ce que j’appelle les « belles personnes » ce sont des êtres Humains comme vous et moi, mais qui ont la particularité de s’impliquer non seulement pour la planète mais aussi pour les autres, avec les autres, et avec le sourire et la gentillesse tout simplement.

Nina Astruc est l’une de ces belle personnes que j’ai eu la chance de rencontrer le 6 décembre 2014 lors de la conférence  avec Vandana Shiva et Pierre Rabhi   que Lionel Astruc, son mari,  avait organisée. Elle était en pleine discussion avec Cyril Dion et m’a de suite adressé un sourire. Nous nous sommes revus par la suite pour l’édition 2015 de la Bio dans les Etoiles  . Nous sommes restés en contact par la suite et nous avons échangés sur mes filières de fabrication des doudous.

Nina a donc mis un superbe projet en place de créations de jouets écologiques. Des jouets intelligents, écologiques, qui ont du sens. 

Changement de vie pour mettre à bien ce projet, ça me parle… L’Ecologie avec un grand E racontée à vos enfants de manière ludique : de la conception, à la fabrication tout est séduisant dans ce beau projet et ce beau projet s’appelle ENCORE JOUETS

J’ai  demandé à Nina de m’accorder une interview , jeu auquel elle s’est prêtée et je vous laisse la découvrir et découvrir ENCORE.

 

Nina et Lionel Astruc

Nina et Lionel Astruc

 

 

Bonjour Nina, pourrais-tu nous faire une brève description de ton parcours ?

Bonjour, Jean Marc.

Après des études de lettres et de communication, j‘ai commencé à travailler en tant que journaliste et photographe.

Je réalisais des reportages en France et à l’étranger pour des magazines de tourisme, d’outdoor et de décoration intérieure.

C’est une période où nous avons beaucoup voyagé avec Lionel (mon mari et aujourd’hui cofondateur d’encore!) dans des coins reculés et sur des longues périodes. J’en garde des souvenirs fabuleux : Noël dans Les Maramures (un petit coin montagneux de la Roumanie), une interview de Mohammed Yunus au Bangladesh, les odeurs de jasmin dans le Kerala

Mais il était difficile de concilier ce job avec une vie de famille, il fallait que l’un de nous pose son sac. Et puis je voulais savourer au quotidien une vie avec mes enfants. C’est à cette époque que j’ai passé le concours de professeur des écoles. Je me suis orientée vers une autre passion : l’enseignement.

  

Comment passe-t-on de l’enseignement à la création de “encore!” ? Quel a été le ou les déclencheurs ?

Etre institutrice est un métier extraordinaire qui demande, pour être agréable, de l’investissement et une vraie passion qui dépasse le plaisir de la maternité. On est face à des enfants avec un rôle essentiel à jouer. Je cherchais au maximum à amener le jeu dans les apprentissages : apprendre en s’amusant en se faisant plaisir et en étant heureux. Malheureusement je ne pouvais pas enseigner comme je le souhaitais. Je passais à mon temps à faire des remplacements à changer sans cesse d’école ce qui ne permet pas ou très difficilement d’instaurer des pratiques intéressantes. Et à peine les avais-je installées que le jeu de chaises musicales reprenait ! Après sept belles années avec des classes successives, l’instabilité inhérente au fait de ne pas avoir de poste fixe (pas assez de points) est devenue difficile à supporter. J’étais malheureuse. Et progressivement l’idée est née : me reconvertir. Oui. Pourquoi pas? Une nouvelle fois ! C’est fabuleux de pouvoir vivre plusieurs vies et satisfaire chacune des facettes de sa personnalité. Mais il faut un grain de folie pour se lancer dans la réalisation d’un rêve et faire de cela son quotidien. Moi, j’ai réalisé un rêve d’enfant. Des années pour me l’avouer… je voulais jouer et faire des jouets.

 

 Les jouets que tu proposes sont plus un concept qu’un simple jouet . Qu’est-ce qui a motivé le côté « intelligent » et éducatif de ces jouets ?

Mon parcours professionnel je pense : je voulais des jouets que les enfants puissent investir, transformer. Des jouets qui soient aussi une source d’apprentissage. L’ éco-quartier est un jeu d’imitation. Ce sont des personnages – des lapins – qui vivent dans des maisons écologiques.

Ecoquartier

Ecoquartier

Les enfants en jouant imitent des comportements se les approprient, les intègrent… et surtout les détournent à leur manière ! En leur montrant des gestes de l’écologie au quotidien, j’espère contribuer à ce que les enfants les appliquent naturellement plus tard. Je pense que, selon le principe de l’école des Colibris (fondée par Isabelle Peloux et Pierre Rabhi) on peut se demander : “quels enfants laisserons-nous à la planète ? “. Et justement en tant que parents/adultes, notre responsabilité est immense.

 

Je suppose que tes enfants, ont été les « premiers cobayes » et cela a dû être une belle partie de rigolade de mettre ceci en place avec leur complicité ?

 

ENFANTS-ASTRUC

 

Tu as raison Jean Marc ! En plus j’adore jouer avec eux. Mes enfants ont été et sont encore “mes premiers cobayes”. Gaspard (7 ans) et Romy (5 ans) ont une imagination débordante. Ils se sont appropriés l’écoquartier. Et, ce qui est extra c’est de voir ce  qu’ils en font. “Tu sais maman le bac à récupérateur d’eau de pluie c’est aussi la douche des lapins !” Et puis ils ont pleins de projets pour les lapins et pour moi et l’entreprise aussi !

 

 

Le design est soigné aussi bien pour les « lofts » que les lapins. Comment t’es-tu inspirée pour créer ?

J’aime l’univers autour de la décoration, j’aime chiner, transformer. Je bricole depuis toute petite, beaucoup de couture, du tricot. En imaginant, choisissant les tissus ou les couleurs, l’atmosphère je me suis fait plaisir. Et puis on s’est amusé avec Lionel. Le fauteuil jaune est une référence au mythique fauteuil d’Eames and Miller. D’ailleurs sur l’étiquette il est écrit : “On m’appelle Bunny and Miller. Je suis une légende du design.  Rêver, méditer, paresser c’est ma vie. Pour le reste… je me balance pas mal. 

Nos sources d’inspiration sont très variées et intègrent des jouets japonais que nous avons beaucoup aimé, des meubles scandinaves, des tenues branchées vues chez des marques de vêtements que nous aimons, ou encore des meubles éco-design.

SCENE-ENCORE1

 

Ces familles Museau et Choublanc sont une première étape de ce concept que tu es train de créer ? D’autres idées dans les cartons en préparation ? de nouvelles thématiques ?

FAMILLES-ENCORE

J’ai mille idées… je rêve déjà d’un cargo bike pour l’écoquartier ! C’est un triporteur pour emmener les enfants ou même des colis sans émissions de CO2. Mais on avance pas à pas.

 

Pourquoi ce goût prononcé pour l’écologie ?

Parce que j’aime la vie. Et l’écologie pour moi c’est la vie. C’est le respect de la nature et des autres. Je vis proche de la nature, dans une région de montagne entre le Vercors et les Ecrins : le Trièves. Ici on vit pleinement chaque saison  entre ski de randonnée, potager, vélo et baignades dans les lacs.

 

Enfin une avant dernière question : le recyclage, l’économie circulaire, le ré-emploi ça t’évoque quoi et ton avis sur la question ?

Il faut à tout prix que chacune des matières premières que nous extrayons soit utilisée non pas de manière linéaire (de la production à la poubelle) mais de manière circulaire (en étant réutilisée à l’infini) notamment grâce à la récupération – où tu fais merveille ! C’est dans cet esprit que nous avons créé des jouets conçus à partir de matières renouvelables mais aussi recyclables et que les maisons en bois peuvent se transformer en meubles.

 

 

Autre choses à ajouter ?

Tu as joué un rôle décisif en acceptant de nous conseiller notamment sur les filières d’approvisionnement. Merci de tout cœur !

 

 

ENCORE JOUET LE SITE 

ENCORE JOUETS LA PAGE FACEBOOK

 

ENCORE-LAPIN-COUCHE#encorejouets 

 

Autres portraits coups de coeur :    Isabelle Delannoy, Albert de Pétigny, Stéphanie Jarroux, Frédéric Bianchi, Nathalie Locquen, Alice Audoin, François Wattelier, Alexis Kryceve, Anne-Sophie Novel, Claude et Philippe CharbuilletFabien Nicolardot , Audrey Etner , Shabnam Anvar,  Catherine Dauriac, Morgan Martinez, Sébastien Ravut

Un commentaire sur “Nina Astruc et Encore : des jouets écologiques et ludiques qui ont du sens”

  1. […] portraits coups de coeur :   Nina Astruc,  Isabelle Delannoy, Albert de Pétigny, Stéphanie Jarroux, Frédéric Bianchi, Nathalie […]

Laisser une réponse