Frédéric SORNIN le domaine des Ronzes : de la moto au vin bio il n’y a qu’un pas

Nous sommes le 29 octobre 2011 et hop me voilà parti dans le beaujolais pour aller à la rencontre de Frédéric SORNIN et sa compagne. La première fois que j’avais rencontré Frédéric c’était en janvier 2011, car je m’étais inscrit en tant qu’exposant sur le Salon des Milles Roues (Mars 2011), un salon de motards à Villefranche sur Saône – je leur avais exposé tous les accessoires en pneu et chambre à air recyclée. Frédéric Sornin est l’organisateur de ce salon, par pure passion pour la moto.   Ça y est,  vous dites que je suis devenu fou je vais vous parler de moto sur un blog qui parle beaucoup d’environnement. Eh bien non, je vais juste vous parler d’un être humain qui non seulement n’est pas insensible à l’environnement mais c’est un acteur qui agit pour l’environnement : il produit du vin provenant de l’agriculture raisonnée et surtout provenant de l’agriculture biologique. Toutes les passions cohabitent et il n’y a surtout pas de règles de conduite à aimer tel ou telle activité, même si au départ cela pourrait paraître incompatible.     J’arrive sur son domaine et je rentre dans la cour de la maison je vois là un poulet qui cuit dans un « four » en briques qui cuit avec des sarments de vignes… humm je vais me régaler. Nous commençons la visite du domaine, tout d’abord avec le jardin potager qui pullule de courges et autre légumes. On passe à travers les vignes pour aller se diriger vers les cuves. Frédéric m’explique alors que sur ce domaine il produit En Rouge : du Beaujolais, du Régnié et du Morgon En Rouge Bio : Du Beaujolais Village et du Régnié En Rosé : du pétillant et du normal Il ne produit pas de blanc car les terrains sont non calcaires, les terrains sont granitiques plus propices aux vins rouges et rosés L’entreprise fonctionne depuis 4 générations, son grand-père exportait déjà du vin avant la guerre de 14. Quand j’ai demandé à Frédéric pourquoi le choix du bio, il m’explique tout naturellement que son père par la force des choses était un agriculteur bio : il n’avait pas de tracteurs, il n’employait pas d’insecticides après-guerre.   Et qu’est-ce qui fait que la production soit devenue non-bio : l’arrivée des tracteurs, le développement du beaujolais nouveau, l’arrivée des traitements et insecticides à répétition avec des compositions systémiques. Comment expliquerais-tu l’explosion du beaujolais nouveau et quelles en sont les conséquences ? Avec l’arrivée de l’automne les gens sont plus moroses : c’était donc en quelque sorte une attente des gens et le marketing s’y est mélé. De plus le Gamay se prête bien à une culture intensive. Une des conséquences de cette exploitation massive de Tarare à Macon est l’éradication des élevages dans le beaujolais. Aujourd’hui ça commence un tout petit peu à se démoder en France et du coup l’exportation fonctionne bien par bateau dès le 10 Octobre pour créer l’événement planétaire.   Nous passons ensuite à table et en effet je me suis régalé et nous avons disserté entre autres sur le réchauffement climatique qui est inquiétant : les vendanges doivent se faire de plus en plus tôt dans le calendrier, certains arbres et plantes poussent plus facilement qu’avant dans ces monts du beaujolais alors qu’on trouvait ça dans certains pays tropicaux ou sub-tropicaux.   J’ai passé un moment délicieux, j’ai bu de l’excellent vin (avec modération) et j’ai rencontré des êtres humains qui aiment notre terre !   Le Blog du Domaine des Ronzes : http://domainedesronze.canalblog.com/ La Page Facebook du domaine des Ronzes : http://www.facebook.com/pages/domaine-des-ronze Domaine des Ronze, La ronze, 69430 Régnié, France  

Un commentaire sur “Frédéric SORNIN le domaine des Ronzes : de la moto au vin bio il n’y a qu’un pas”

  1. Andropomme dit :

    Très bel article pour Fred.

Laisser une réponse