Définitions Vertes – Volume 3 – Réflexions sur le commerce équitable/éthique

La thématique de ce billet sera le commerce équitable/éthique. Je vous livre quelques réflexions sur le sujet pour en faire un sujet beaucoup plus positif qu’il en a l’air. Ce billet a été écrit après une réunion avec le CLACE (Collectif Lyonnais des Acteurs du Commerce Equitable) suite à la quinzaine du commerce équitable à Lyon Faire du commerce équitable /éthique ne doit pas forcément montrer l’image de toute une communauté de femmes indiennes implorantes qui sortent du sac que l’on vient de vous vendre.  Il est clair qu’il faut expliquer comment sont fabriqués les produits, d’où ils viennent et dans quelles conditions ils ont été fabriqués, mais de la à vous retrouver avec un Indien d’Amérique du Sud (et son chapeau)  qui sort de la tablette de chocolat ou du paquet de café et avec sa flute de pan… Le sac ne doit-il pas être au départ simplement beau et le chocolat ou le café ne doit-il pas être tout simplement bon ? Le commerce équitable/éthique c’est une démarche positive  avant tout, et les acteurs (qu’ils soient africains, indiens, américains…) qui fabriquent les articles que l’on vous propose sont plutôt des gens rigolos, enthousiastes et pas du tout culpabilisateurs. Ils ont une autre culture, une autre façon de voir les choses et n’ont pas été nourris( !) forcément par une culture judéo chrétienne. Les produits, hors alimentaire, issus du commerce équitable/éthique doivent-ils forcément être moches, ethniques et véhiculer une image « baba cool » ? Non certainement pas ! C’est d’ailleurs ce que j’essaie de montrer à travers mes billets du jeudi sur la mode éthique. Il y a  une chose que l’on oublie souvent dans l’acte d’achat équitable/éthique, c’est la notion de plaisir, dans le sens coup de cœur.  Est-ce mal de se faire plaisir ? Quand on offre un cadeau à un enfant ou un adulte la première observation c’est ce plaisir qui transparaît. Je trouve que le commerce équitable/éthique sait  aussi proposer des produits glamour, design, beaux, jolis, poétiques…… Le fait qu’un produit soit issu du commerce équitable/éthique ne devrait pas être la cerise sur le gâteau ? Ce billet n’a ni la prétention de critiquer quelconque acteur, ni de donner des leçons à qui que ce soit. Tous les initiateurs du commerce équitable/éthique, encore présents aujourd’hui ne sont certainement pas à critiquer, bien au contraire. Ils ont ouvert les portes du développement durable et toutes autres initiatives s’y rapprochant, et on ne peut que les applaudir pour ça. Je suis loin d’abandonner quelconque référence au commerce équitable/éthique je souhaite simplement que ce terme évolue et montre une image beaucoup plus positive sans pour autant faire du Greenwashing. Le sujet est bien vaste et l’on pourrait y passer des heures à le décortiquer, mais je vais en rester sur cette note positive pour aujourd’hui et suis prêt à partager avec vous vos propres réflexions et vos contradictions.  

4 commentaires sur “Définitions Vertes – Volume 3 – Réflexions sur le commerce équitable/éthique”

  1. Abi dit :

    Tu pointes du doigt un fait. Les gens attendent souvent du folklorique quand on leur parle de mode éthique. Ils veulent du « traditionnel, du tribal » Marron Rouge peut dérouter car on quand tu parles des origines indiennes des produits, l’imaginaire veut que l’on se représente des objets ethniques. Tu arrives à faire une chose formidable, sortir des chemins de la mode et déco ethniques des enseignes classiques, pour nous proposer des objets beaux, uniques, originaux, qui racontent une histoire et pour une fois une histoire choisie et pas imposée par les acheteurs qui ne font que véhiculer les clichés.

  2. Jean-Marc dit :

    Abi,

    Merci de tes encouragements et tes remarques. Oui pour une fois ou l’on choisit l’histoire ça me conforte à continuer dans ce sens.

  3. C’est une réflexion qu’on entend souvent en ce moment. Depuis que la mode éthique/équitable s’est développée, on parle davantage de beauté a propos du commerce équitable. Mais, à mon avis, il ne faut pas pour autant supprimer les produits ethniques puisqu’ils reflètent la culture des producteurs.

    J’aime le quinoa ! J’aime les bâtons de pluie ! J’aime le fonio ! J’aime le mascobado ! J’aime les sacs recyclés !
    Et j’aime mon bonnet Péruvien aussi ! Je me souviens d’ailleurs d’un article sur le sujet : http://www.ekitinfo.org/journal/jaime-mon-bonnet-peruvien

    Le commerce équitable a permis au consommateur de découvrir de nombreux produits originaux, ne l’oublions pas.

  4. Jean-Marc dit :

    Guillaume,

    Merci de ton avis et de tes remarques. Ne te méprends pas sur mes propos, j’aime aussi ton bonnet péruvien, mais le commerce équitable/éthique ce n’est pas que ça. Et je suis loin d’oublier ce qu’a apporté et ce que continue d’apporter le commerce équitable/éthique aux consommateurs.

Laisser une réponse