Archive pour la catégorie ‘JEUDIS DE LA MODE ETHIQUE’

Jeudi de la mode éthique : Défilés de pensées

jeudi 26 mai 2011

La mode éthique est chic
La mode éthique n’est pas toc (Merci Shi-Zen)
La mode éthique fait rêver
La mode éthique fait vivre
La mode éthique fait de vous un bel être
La mode éthique est verte
La mode éthique est recyclée
La mode éthique recycle
La mode éthique est recyclable
La mode éthique est naturelle
La mode éthique a de la valeur
La mode éthique est créatrice
La mode éthique vous donne un look
La mode éthique est écologique
La mode éthique a une conscience
La mode éthique est parfois ethnique mais pas que
La mode éthique respecte les enfants
La mode éthique est équitable
La mode éthique j’aime


Jeudi de la mode éthique : Shi-Zen

jeudi 19 mai 2011

Pour ce jeudi de la mode éthique l’arroseur arrose : le monde à l’ envers, on interview les journalistes et pas n’importe lesquels.  Je vais vous presenter trois drôles de dames et je vous rassure je ne m’appelle pas Charlie….Un magazine féminin mais pas que (Je le lis aussi) qui parle aussi et beaucoup de mode éthique.

 

Carol - Redactrice en Chef / Chief Editor Shi-Zen

Je n’ai pas eu la chance de rencontrer Carol, la rédactrice en chef,  en face a face mais je l’ai vue parler et défendre « son magazine » lors de l’anniversaire de SHI ZEN  a La Bellevilloise. En l’écoutant parler, je me suis dit qu’il y avait une force, une passion et une conviction rare mais que l’on retrouve souvent chez les femmes. Je me suis dit qu’il fallait a tout prix parler de ce magazine et de faire partager cette passion a plus d’un.

 

A Carol, rédactrice en chef de Shi-zen et initiatrice du projet, nous lui avons demandé pourquoi elle avait créé Shi-Zen :

« Je suis journaliste depuis plus de dix ans, mais aussi et surtout une lectrice déçue de la presse féminine, qui donne selon moi une image tronquée et peu valorisante de la femme. Alors que nous sommes de plus en plus conscients des enjeux environnementaux, la presse féminine reste campée sur des positions ultra-consuméristes, qui ne prennent pas en compte les préoccupations des lectrices.

En créant Shi-zen (« nature », en japonais), je voulais montrer que, de la même manière qu’on n’a pas réussi sa vie si on a une Rolex à 50 ans, être une femme épanouie, ce n’est pas nécessairement rêver de boire du champagne dans le spa d’un hôtel de luxe aux Maldives, ni porter une robe à 1600 euros. Le but de Shi-zen est aussi de montrer qu’on peut avoir une ligne éditoriale globalement responsable (en présentant exclusivement des marques éthiques, en donnant la parole à des anonymes engagés, en abordant des dossiers de fond qui donnent des clés pour agir à son niveau), tout en gardant la légèreté de ton et l’humour qui caractérisent la presse féminine.
Aujourd’hui, quand je vois que nous avons des sujets de réserve pour remplir 115 pages par mois pendant des mois et des mois, je suis persuadée qu’il manquait vraiment un magazine tel que Shi-zen dans l’offre de presse féminine. »

 

Juliette- Redactrice en chef Adjointe?Deputy Chief Editor - Shi-Zen

J’ai rencontre Juliette récemment pendant le Salon Pop’Up a la Porte de la Villette , et ca a tout de suite collé ; fille simple (et attention je n’ai pas dit simplette) ouverte, joviale et déterminée. Elle est non seulement la rédactrice adjointe  mais aussi chef de rubrique mode au sein de Shi-Zen. A priori elle croit en la mode éthique : « J’ai grandi avec l’idée que la mode était un art, que la création et l’artisanat étaient un postulat de départ, sine qua non pour avoir un produit de qualité. Pour me parler de mode, on m’a parlé imaginaire et liberté, histoire des arts, évolution des mœurs, mélange des cultures, estime et respect mutuel entre le créateur et les couturières.

J’ai toujours placé une frontière infranchissable entre ce monde-là et celui de la mode tel qu’on la conçoit habituellement. L’ultra-consumérisme, les diktats imposés par le marketing-roi, les marques qui toutes se ressemblent, qui n’inventent rien et le matraquage.

L’élevage en batterie de fashionnista hystéro – dont j’étais, il n’y a pas si longtemps. On a beau savoir que la qualité n’y est pas mais que le cynisme lui a pris sa place, c’est comme une drogue, c’est incontrôlable. Je connais, donc, et n’évolue pas dans une bulle du « savoir consommer »

Un jour je me suis recentrée : la qualité plus que la quantité, le vintage, et j’ai commencé à redécouvrir l’imaginaire : ha tiens, le vieux t-shirt du frangin fait une magnifique mini-robe !

Revenant vers la qualité, mon chemin a vite croisé celui de la mode éthique. Plus cher que Zar&M ? Bah oui. La qualité et le respect ont un prix, ou plutôt non : le non-respect et le manque de qualité rende fatalement l’objet moins cher.

Je respire. De la mode de qualité, sans prétention, créative et toujours en mouvement, avec savoir-faire et tellement riche ! D’une diversité sans pareil ! On ne devrait même pas parler de mode éthique, c’est trop réducteur. Les démarches, les matières premières, les philosophies, les égéries et les choix artistiques ou artisanaux sont tous différents et nous rappelle qu’on est tous, justement, différents, adaptables et que c’est ça qui est bien.

Quand on aime la mode, on aime ça. Si on s’en détourne, on ne fait pas partie de ceux qui aiment la mode, on fait partie de ceux qui aiment l’utiliser. La mode, la vraie, celle que le grand public ignore c’est ça. Et comme il l’ignore, Shi-zen leur propose de découvrir.

 

Regardez, c’est quand même loin de ce qu’on imagine de la mode « éthique » : pas de robe de bure ni de laine qui gratte. Pas de poncho beigeasse informe. L’avenir de la mode est là. On ne devrait pas dire « éthique », c’est mettre un qualificatif sur ce qui est normal. Nan mais. »

 

Florence Community Manager Shi-Zen

Enfin la troisième fille de Shi-Zen que j’ai eu l’honneur de rencontrer a plusieurs reprises, c’est Florence :community manager, journaliste, en charge de la rubrique Cuisine et de l’horoscope. Pour un magazine ethique et pas toc : il n’y a pas que la mode ethique. Qu’est-ce qui motive Florence a faire ce metier :

 

Pourquoi ce métier, qu’est-ce qui me motive?

 

« Je ne sais même pas si c’est vraiment un choix, je dirais que c’est plutôt une évidence.

A titre personnel, je voulais être journaliste pour dire, expliquer, partager ce qui se passe d’intéressant dans le monde. Je m’en suis éloignée pour tomber dans le web, outil merveilleux de partage et de rencontres.

Ajoutez à cela une sensibilité bien ancrée au développement, durable, à l’écologie, aux gens, bref au monde quoi!, et vous avez l’essence même de Shi-zen.

C’est ce qui nous réunit tous dans l’équipe, ce qui fait vivre Shi-zen : l’envie de découvrir, de creuser, de comprendre, d’être surpris, et de partager tout ça.

Dans l’équipe il y a des journalistes et des non-journalistes, parce que c’est plus un état d’esprit qu’une question d’étiquette, et c’est aussi ce qui fait la force du magazine, on s’est fixé nos propres codes, et ça c’est une aventure magnifique, qui suffit à nous faire vibrer (même quand il est 3h du matin et qu’il faut absolument finir son article) : faire ce qu’on veut, ce qu’on aime, produire tous les mois un magazine dont finalement nous sommes les premières lectrices ! »

 

Voila un magazine qui dégage de l’éthique. N’hésitez pas à vous abonner en ligne (c’’est en plus bien pour notre environnement).

Carol, Juliette, Florence trois des associes du beau projet Shi-Zen continuez et je confirme votre éthique est loin d’être du toc.

Facebook BlogTwitter

Jeudi de la mode éthique : La Nature à du Style

jeudi 12 mai 2011

Je connais maintenant Hélène Grange pratiquement depuis l’ouverture de sa boutique en Août 2010. La première fois que je l’ai vue je lui avais parlé de Marron Rouge et lui avait proposé de revenir avec nos créations. Elle a de suite dit oui sans savoir de quoi il s’agissait. Elle a été séduite par toute la gamme des accessoires de mode en chambre à air recyclée. Elle a une bien belle boutique faite de bois et de matières naturelles : on s’y sent bien, on est bien accueilli et Hélène est toute sourire tout le temps et elle a un truc que j’adore c’est qu’elle écoute vraiment les gens parler. Même si nous faisons du commerce ensemble, c’est vraiment plaisant ce sentiment d’être écouté et cette gentillesse. Quand vous rentrez dans le magasin, il a aussi la chienne labrador Danae qui n’est pas bien loin et qui est prête à jouer avec vous.

Mais laissons parler la propriétaire des lieux : « Eh non ! S’habiller bio aujourd‘hui ne veut plus dire porter des gilets en peau de mouton ou des vêtements hors de prix, et avoir de la décoration issue du commerce équitable chez soi ne devrait plus forcément avoir une connotation ″ethnique″ ou ″baba cool″ !

Elle ne s’arrête pas là : « « Passionnée de mode, de décoration intérieure mais également soucieuse des problèmes environnementaux, j’ai eu envie de ″casser″ les idées reçues sur le bio. C’est en découvrant de jeunes créateurs qui conçoivent des vêtements, des bijoux et des objets de déco à partir de matériaux naturels ou recyclés que m’est venue l’idée de créer ma boutique. Mes motivations étaient simples, il était nécessaire pour moi de faire connaitre ces produits aux lyonnais, qu’ils soient déjà consommateurs engagés ou non, et si possible d’amener les non-consommateurs de produits écologiques à le devenir ! Je voulais également donner l’accessibilité à l’écologie à tous en proposant des articles à des prix raisonnables puisque ils vont de 2 à 250€, et enfin montrer qu’un vêtement bio ou un objet éco-conçu peuvent être esthétiques, et pas obligatoirement ringards ou trop chers! »

Hélène sélectionne tous les créateurs qui mettent à haut niveau autant les conditions sociales de fabrication que les processus soucieux de l’environnement et ce dès la conception. Parmi les créateurs présents dans la boutique MUSHKANE ou LA VIE DEVANT SOIE

Les produits vendus dans la boutique sont choisis selon 4 critères :

– L’éthique du créateur

– L’atout écologique du produit

– La qualité

– Le design et l’originalité

C’est chaque fois un moment de bonheur de passer chez LA NATURE A DU STYLE, et en plus Hélène n’est pas dénuée d’humour et cet optimisme transparaît avec ce sourire permanent qui illumine son visage.

Je me dis que j’ai de la chance de connaître des personnes comme Hélène, qui défendent des valeurs que je partage, et en plus il n’y aucune agressivité dans cette démarche. Bravo Hélène pour ce beau projet qu’est LA NATURE A DU STYLE.

La nature a du style :
20 rue Terme
69001 Lyon
04 72 26 49 58
contact@lanatureadustyle.fr
www.lanatureadustyle.fr

FacebookTwitter

Horaires d’ouverture :
Mardi – samedi 10h30 – 13h / 14h – 19h

Accès :
Métro : Hôtel de ville
Bus : arrêt Terreaux
Station Vélo’v : rue Terme (en face de la boutique)
Parking : Terreaux

Rendez-vous le 26/05/2011 à LA NATURE A DU STYLE à partir de 18h00 pour un apéro Ventes privées avec la marque Marron Rouge à -25%

Jeudi de la mode éthique : La Gaillarde

jeudi 5 mai 2011

Il y a 15 jours, nous avions découvert les créations SOAP à Montréal et du coup pour ce billet nous restons à Montréal avec La Boutique LA GAILLARDE.

Elsa Girard -Annie de Grandmont - David-Alexandre Faber - Mariane Desjardins-Roy ©lucbourgeoisphoto.org

 

Depuis 10 ans déjà, La Gaillarde a forgé sa place et est devenue un acteur important de la mode québécoise. Pionnière de la mode écologique, elle a mis au monde, soutenu et guidé plusieurs eco-designers, à leur tout début de carrière alors que la mode recyclée était encore peu connue du grand public. Aujourd’hui, la boutique continue de rayonner et son avenir est tout aussi prometteur.

 

Avec quelques échanges de mail, nous avons convenu avec Annie de Grandmont, la directrice de LA GAILLARDE que nous aurions un entretien plus spontané par téléphone.  Après notre week end Bruxellois chez Marron Rouge je n’ai pas été dépaysé par l’accent canadien d’Annie. Un vrai régal pour les oreilles.

Annie nous décrit de suite le projet de la Gaillarde « Au départ, il y a 10 ans LA GAILLARDE était une simple friperie, pour les gens du quartier. Au fur et à mesure, des designers ont rejoint cette friperie et ont commencé à montrer leurs créations à partir de vêtements recyclés. Je suis arrivée en 2005, et j’étais alors directrice de théâtre. J’ai accepté cette mission et j’y suis toujours aujourd’hui pour faire « mousser la mode écologique québécoise ». Je me suis formée sur le tas, et petit à petit nous avons fait un « boom sur les médias et journaux »

Nous avons commencé à créer des événements autour de la mode, et aussi sur la promotion de la mode recyclée. Au départ nous étions 2 à 3 boutiques dans cette mouvance, aujourd’hui il existe environ 70 boutiques dans cet esprit à Montréal. Ce qui fait notre force et notre différence ce sont des ingrédients que je vous livre pêle-mêle :

  • Il ya les rencontres entre les clients et les Designers qui se fait régulièrement
  • Nous organisons des cours de couture pour différents niveaux de connaissance
  • Nous soutenons des projets de réinsertion sociale
  • Nous avons été les pionniers d’un défilé de mode éthique masculine
  • Participons à l’organisation d’événements canadiens tels que « Mode De vie »

 

Et Annie pour finir : «Notre motivation, c’est la passion et le talent incroyable des éco-designers qui mettent à profit leur créativité pour allier mode et environnement. C’est pourquoi depuis 10 ans, nous encourageons avec engouement et persévérance les consommateurs à découvrir la mode éthique québécoise. Notre récompense? C’est le client satisfait qui repart en portant fièrement un vêtement unique Made in Québec ».

 

Franchement j’aurais pu passer des heures à me laisser bercer par cet accent et cette passion de la mode éthique communiqué par Annie.

 

Sac Fait de bâche recyclées fait par l'atelier ENTRE PEAUX

 

Jeudi de la mode éthique

jeudi 28 avril 2011

Bonjour à tous,

 

A l’heure ou nous éditons ce billet nous serons à Bruxelles pour exposer nos collections sur le salon Valériane.

 

Pour ce jeudi de la mode éthique on a décidé d’être un peu plus léger et vous rappeler déjà tous les billets que nous avons écrits, dans l’ordre de parution :

 

Dîtes nous les articles que vous avez le plus aimés et ceux que vous avez le moins aimé et pourquoi.

 

Et puis on vous a fait une liste de magasinage comme disent nos amis canadiens.

Pour vous Messieurs visitez le site ou la boutique d’ORIGEEN à Lyon et vous trouverez entre autres les chaussures FYE, et vous y trouverez aussi les T-Shirts de chez LASPID.

Pour vos sacs et/ou besaces les beaux sacs en Bâche recyclée de chez REVERSIBLE, ou la bagagerie ecodesign de chez BIOLAP.

Pour vos vêtements recyclés il y a les nantaises de REACT

Pour vous Mesdames, si vous êtes de passage à Lyon n’oubliez d’aller voir Hélène dans sa jolie  boutique LA NATURE A DU STYLE.

Et puis il y aussi une boutique en ligne assez sympa ……MARRON ROUGE

Et puis si vous voulez vous nourrir de lectures saines il y a les magasines SHIZEN et NEOPLANETE

 

On va vous souhaiter un joli mois de mai et on vous retrouve sur cette rubrique jeudi prochain.

 

Jeudi de la mode éthique : SOAP

jeudi 21 avril 2011

Ce billet a quelque chose de spécial pour moi et je ne saurais expliquer pourquoi. Je vais vous parler de SOAP qui nous vient d’outre Atlantique. Sans doute ce que j’aime c’est l’aspect recyclage, mais aussi toute la personnalité qui ressort de ces échanges e-mail avec ces deux filles, mais je ne vais pas vendre la peau de l’ours canadien, avant de l’avoir tué

J’ai donc contacté SOAP un matin et l’après midi non seulement j’avais une réponse mais pratiquement tout pour pouvoir faire mon billet du jeudi de la mode éthique. SOAP c’est SOphie à droite et PAscale  à gauche, toutes deux originaires et habitantes de Montréal. Et ces deux filles font des choses formidables : elles recyclent vos vêtements vieux ou neuf en….vêtements !

SOAP est une jeune entreprise qui a vu le jour en 2003. Les deux designers Pascale et Sophie travaillent d’arrache-pied pour offrir deux collections avant-gardistes par an pour homme et femmes.

 

Bon on commence cet interview ?

 

Comment est né ce projet dont vous êtes porteuses aujourd’hui ?

Nous avons commencé par modifier nos propres vêtements par plaisir et nos proches nous ont demandé de faire de même pour eux. Nous trouvions que c’était une passion commune que de créer des nouvelles pièces à partir de vieux vêtements, donc SOAP est né!

Pourquoi avoir choisi l’éthique? Pourquoi avoir choisi e recyclage? Au départ, nous ne savions pas que nous  »faisions un geste pour la planète! ». C’est en faisant des recherches sur le web et en rencontrant des personnes qui faisaient la même chose que nous qu’on a su que c’était bien! qu’on a su ce que c’était réellement que d’empêcher d’envoyer tant de tissus dans les sites d’enfouissement. Aujourd’hui, 8 ans plus tard, nous sommes plus  »vertes » que jamais! même les plus petites retailles(déchets) ne sont pas jetées!

Qu’est-ce vous motive à avoir choisi ce métier aujourd’hui? Il y a plusieurs raisons, les trois qui ont le plus de valeur pour nous sont: le respect de l’environnement au quotidien, le fait de ne pas avoir de patron et l’horaire qu’on veut, le talent créatif, qui est très fort chez nous 2, peut être exploité!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quels sont les événements de SOAP ?

Nous faisons  »les jeudis SOAP », c’est à dire que l’atelier devient ouvert au public  le temps d’un 4 à 7 chaque semaine.
On propose les  »tupperSOAP », comme les soirées tupperware, on va chez les gens, on fait une démo et ensuite ils magasinent. (traduction pour les français, magasiner = acheter)
On fait beaucoup de défilés dans une année, en 2 mois, on en a fait 12!

 

Pouvez-vous enfin nous détailler les différentes étapes de fabrication ?

-recherche de matière première, dons de vêtements neufs ou usagés, balances de tissus.
-tri pour ne prendre que la qualité (le reste va aux plus démunis)
-découper avec les patrons chaque vêtement presque un par un
-les retailles (déchets) vont à une compagnie qui les déchiquette pour en faire du rembourrage

-le montage (couture)
-le contrôle de la qualité
-la vente

Y-a-t-il d’autres actions dont vous voulez nous parler :

Nous somme partenaires de la Fondation « Rêvez la Vie », pour les adultes atteints de cancer.

Nous faisons des dons à Arbres Canada pourt la plantation d’arbres forestiers

On habille souvent des artistes dont Amélie Larocque , Domlebo , Porcelaine , Melissa_Desormeaux_Poulin

Voilà un projet qui me fait plaisir à découvrir, avec ces deux filles bourrées de talent, d’énergie et d’humanité. En plus elles sont naturellement protectrices de l’environnement. Quand je vous dis que le recyclage est quand une belle manière éthique de faire de la mode !Sophie , Pascale au plaisir de vous rencontrer à Montréal ou ailleurs.

Jeudi de la mode éthique : Remise à Flots

jeudi 14 avril 2011

Il y a eu du vent dans les voiles sur PLANÈTE DURABLE. En nous baladant sur les stands on tombe sur Marie-Laure et Nathalie qui exposent des sacs, jolis, et originaux.  La plupart des sacs sont faits en voile de bateau et autres matières que l‘on trouve sur des bateaux.  Nathalie nous confie «  Marie Laure et moi sommes salariées de Remise à flot on a choisi d’y être car le projet nous plaisait, autant pour les relations humaine que le challenge commercial. L’initiative de ce projet revient à notre directeur Olivier Doublet qui a décidé il y a environ 5 ans de créer au sein de la Maison de Quartier de Port Neuf, a la Rochelle, un chantier d’insertion en lien avec la filière nautique.

Depuis un an l’arrivée de Anne Naudet notre styliste a permis de développer la partie atelier de création avec la fabrication de vrais sacs de filles que l’on avait envie de porter. Marie-Laure et moi avons bénéficié de cette arrivée pour développer la partie commerciale»

Marie Laure s’occupe surtout de la partie sociale. Elle a aussi fondé une association WEO qui est une caravane solidaire reliant les associations françaises et les associations africaines. Elle vient de réaliser un périple africain déposant des machines à coudre et d’autre biens dans divers pays d’Afrique Maroc, Mauritanie, Sénégal, Burkina Faso, Togo
Pour Nathalie c’est l’histoire de Remise à flot qui l’a séduite récupération, fabrication française, insertion. Nathalie vient de divers horizons professeur de danse classique à la Rochelle, chef avion chez Air France pendant 10 ans, et ne supportant plus l’ambiance de la capitale elle est revenue dans sa ville natale.
Les couturières ont toutes des histoires différentes et depuis qu’elles ont intégré Remise à Flot elles ont retrouvé le sourire à l’atelier et ont plaisir a  travailler de s’inscrire dans une aventure et réaliser les créations de Remise à Flots.

 

Voila encore un beau projet éthique.

 

 

Jeudi de la mode éthique : EthikMind©

jeudi 7 avril 2011

Voila qu’en me baladant sur la toile je trouve ce site de vêtements de sports éthiques. C’est intrigant me dis-je. En plus il est  listé dans les sites amis d’UNIVERSAL LOVE

Allez j’envoie un email pour leur propose un jeudi de la mode éthique, et on va voir ce qu’ils me répondent.  Deux heures après l’envoi de mon mail ils acceptent  avec enthousiasme :

« Je m’appelle Marc-André KOEHNLEIN, je vis et travaille à Mulhouse. J’ai 28 ans et je suis diplômé d’un Master en Sciences et Ingénierie de l’Environnement de l’université de Strasbourg. Je travaille actuellement comme ingénieur au sein du service développement durable de l’agglomération mulhousienne : m2A (Mulhouse Alsace Agglomération). Je suis « chargé de mission énergie », c’est à dire que j’ai la responsabilité de faire baisser les consommations d’énergie à l’échelle du territoire ainsi que de proposer aux élus une politique énergétique décentralisée et renouvelable.

Lorsque j’étais en 4ème année d’étude, j’ai eu la chance de trouver un stage à Hawaii aux Etats-Unis. Cette expérience là-bas m’a beaucoup influencé dans mes choix qui m’ont conduit à créer EthikMind©. Je travaillais comme plongeur naturaliste et j’étais tous les jours en contact avec des personnes passionnées par l’océan, ses écosystèmes et par les sports qui s’y associent (plongée, surf, canoë…). Leur « lifestyle » ainsi que leur esprit était extraordinaire »

Bon une fois que ce jeune homme s’est livré comme ca, tu dis que tu as a faire quelqu’un de bien, et puis allez je vais la faire : Ce n’est pas un entrepreneur qui surfe sur la vague écologique (oui je sais elle est facile !!!)

Ce qu’il ajoute est plutôt intéressant : « D’autre part, si nombre de sportifs éprouvent tant de plaisir et d’enthousiasme à la pratique de leurs sports favoris c’est en grande partie dû à l’environnement qui va avec et à la relation qu’ils entretiennent avec celui-ci. Par exemple, la plongée sous-marine est pour certains un moyen de découverte et d’émerveillement qui pousse à l’humilité et donc à des comportements prudents vis à vis de l’environnement. C’est cette conscience et ce respect de la nature que la communauté EthikMind© souhaite transmettre, afin que les récifs de corail puissent être encore admirés par de nombreuses générations de plongeurs attentionnés… »

Qu’est-ce que EthikMind© et quelles sont ses valeurs ?

EthikMind© est une marque de vêtements techniques et branchés. Elle s’adresse à tous les sportifs qui pratiquent leur(s) activité(s) en pleine nature (mer, montagne, forêt…). Nos clients apprécient la technicité de nos produits ainsi que le message porté par notre image. Allez voir sur son site il vous en dit beaucoup plus

L’objectif d’EthikMind© est de propager des valeurs fortes sur le respect de la nature, par son ADN, mais aussi à travers de futurs messages graphiques sur les vêtements.

Quels sont les produits EthikMind© ?

Les produits EthikMind© s’inscrivent dans un univers particulier, au croisement des sports de glisse ainsi que du VTT, des raids multi-sports et des trails. Nous proposons toute une gamme de vêtements techniques allant du t-shirts respirant, en passant par le coupe vent, la veste thermique, les cuissards et bandeaux etc…

Voila donc une pensée éthique qui me plait bien. Nous n’avons pas pu nous voir avec Marco, mais les échanges téléphoniques et e-mail que nous avons eu sont d’une grande qualité.

FacebookBlogTwitter

Le jeudi de la mode éthique : Rebecca Armstrong – Mode ethique Pile ou Face?

jeudi 31 mars 2011

Comme promis, j’ai confie la rubrique du jeudi a Rebecca Armstrong. Vous vous souvenez Rebecca? Elle m’a fait un interview, et l’a publie sur son blog. J’ai donc invite Rebecca a être la « redac chef » de cette rubrique aujourd’hui et je suis loin d’être déçu, bien au contraire. C’est bien ce naturel qui vous colle a la peau. Merci Rebecca

« Ma peau veut de la douceur, mes yeux veulent des couleurs, mon âme réclame du sens…

 

Côté pile, je m’engouffre dans une de ces enseignes géantes, je me laisse happer par les néons jaunes. Chaque saison désormais, sous ses hauts plafonds, anonyme parmi les anonymes, un étal « éthique » m’interpelle. Une goutte de coton bio et voilà qu’une pile de mode éthique s’offre aux fashionistas du monde entier.

 

Côté face, le sens d’abord, le produit ensuite. Je veux un vêtement qui ne sent pas la mort. La mort des petites mains de l’industrie textile. La mort de petits bouts de planète, là-bas, là-bas aussi, et puis là, un peu plus loin aussi, tout près, un peu partout, dommage collatéraux de ces si belles couleurs et matières, fuites qui s’infiltrent et pénètrent les entrailles de la Planète, pollutions aux couleurs chatoyantes, au parfum d’argent. La mort de savoir-faire sous le drapeau d’une uniformisation planétaire. Faire face à ces réalités. Choisir.

 

Pile ou face? Je n’ai jamais été douée aux jeux du hasard. Et la mode éthique, ce n’est pas une histoire de hasard. Alors je fais le voeu d’éviter le côté obscur. Comme en matière de consommation Bio, je veux que la mode éthique soit populaire. Qu’elle parle au plus grand nombre. Pas pour autant une éthique au rabais. Que le sens soit fédérateur, que le sens devienne un étendard, une bannière sous laquelle recréer un modèle social. Utopie? Peut-être mais il en faut un peu, non?

 

En attendant, ma réalité est bien souvent éloignée de ce que je peux imaginer confortablement installée dans les réflexions moelleuses de mon canapé… La mode éthique est compliquée. Éthique environnementale, éthique sociale, éthique économique, les trois Mon Capitaine? Et puis elle est où la mode éthique? A Paris? Sur Internet? Moi qui ne suis qu’une provinciale, devant mon ordinateur, je vais, de pages en pages… mais le doute est là, acheter, sans avoir jamais pu toucher, sans que le désir ne soit amorcé par un contact réel? Alors de temps en temps, une pièce, un objet arrive dans ma boîte aux lettres. Mais l’expression de temps en temps sent l’anecdote, l’exceptionnel. J’en voudrais plus. Mais je ne veux pas mentir. J’ai juste envie. Vous aussi sans doute. L’avenir de la mode éthique est déjà beau de toutes nos envies réunies. Demain nous découvrirons des boutiques en capitale… et en province! Alors nous pourrons toucher du doigt la mode éthique. Je pourrai sans hésiter être vêtue de sens.

 

Le jeudi de la mode éthique : TEES4TREES

jeudi 24 mars 2011

Mai 2010 je suis dans les rues de Lyon, et je cours un peu partout afin d’ouvrir le site de Marron Rouge à temps. Mon portable sonne : Bonjour je m’appelle Remy Giemza et je voudrais savoir s’il était possible de visiter votre appartement car j’ai vu l’affiche de la vente  d’un appartement dans la vitrine de l’Atelier Prométhée. Je réponds oui et on se retrouve 30 minutes plus tard. Un jeune homme accompagné d’un autre monsieur visiblement anglophone me retrouvent sur la Place Sathonay à Lyon. « L’anglophone » recherche un appartement soit sur Paris, soit sur Lyon et il est accompagné de son associé. Nous allons ensuite visiter mon appartement et, au fil de la visite, ils me demandent ce que je fais dans la vie et je leur explique que je suis en train de monter le projet éthique de Marron Rouge et là ils me racontent un peu ce qu’ils sont en train de mettre en place : TEES4TREES. s Mais qu’est-ce que c’est ? Et là ils m’expliquent leur concept : si je leur achète un T-Shirt, ils plantent un arbre.

Quelques temps plus tard je décide de les revoir pour en savoir un peu plus pour pouvoir faire un billet sur la mode éthique.

Rendez-vous le 12 mars,2011 au restaurant la Bonâme de Bruno à Lyon à 20h30, pour un dîner pour avoir un interview des deux fondateurs , Rémy Giemza et Scott Thompson de cette belle marque éthique.

Apéritif et prise de commande par le restaurateur et là je commence à questionner Scott en lui demandant ce qu’il avait fait auparavant.  Scott a été avocat pendant plus de 30 ans aux Etats-Unis et un beau jour il « craqué » car marre de s’astreindre à des horaires infernaux. Il arrête son job, vend son appartement de New York et arrive à Paris sans but précis. Et là pendant son séjour il tombe amoureux et pas que de la ville. Il rend visite aussi à Rémy Giemza qu’il avait rencontré aux Etats-Unis.

Rémy quand à lui a fait des études d’avocat et a travaillé comme avocat stagiaire au sein du cabinet d’Emmanuel Pierrat. Dés son plus jeune âge, il a été bercé par l’environnement au sein d’une famille bourguignonne.

Petit à petit, ils se rendent compte  qu’ils possèdent en commun les mêmes valeurs humanistes  et l’amour de la nature. Ils veulent faire quelque chose d’intelligent et de responsable. Ces deux hommes décident alors de créer, Tees 4 Trees, une belle marque respectueuse de l’environnement.

Entrées et plats nous sont servis (pas en même temps je vous rassure)

Ils construisent Tees 4 Trees autour de trois règles d’or :

  • La fabrication de tous leurs vêtements est certifiée coton bio, en l’occurrence aujourd’hui le label GOTS
  • Plantation d’un arbre sur le lieu de votre choix. Vous pourrez en plus géolocaliser sur Internet le lieu de plantation de votre arbre

Lutte contre le gaspillage : Lorsque vous commandez un vêtement chez Tees4trees vous acceptez un délai de livraison qui peut atteindre 8 semaines ce qui leur laisse le temps de fabriquer le vêtement et vous l’expédier.

Pour la plantation d’arbres ils sont en partenariat avec un certain nombre d’associations qui s’occupent de reforestation  sur notre globe. En cette année 2011, année de la forêt décidée par l’ONU, ce beau projet a tout son sens. Un bel article publié par Abi de Vertissimmo sur cette année de la forêt et ses enjeux

Aujourd’huiTees4Trees est en partenariat avec des grandes villes américaines pour planter des arbres…..dans les villes (ouf on va respirer un peu plus !)

Tees4Trees est implanté en France et aux Etats-Unis et leur stratégie commerciale s’étend des deux côtés de l’Atlantique.

Les desserts arrivent et l’atmosphère est carrément à l’euphorie je leur raconte des histoires drôles sur mes parents : Rachel et Joseph (ça on ne pouvait pas l’inventer !).

J’ai passé un pur moment de délice avec ces deux hommes, on a excellemment bien mangé et un projet de cette force éthique et bien chapeau messieurs.

Un détail, que j’avais oublié de vous préciser en plus les T-hirts sont beaux.

Un autre détail, ce n’est ni Scott ni Rémy qui a acheté mon appartement

Longue vie à Tees4Trees

Site Web France

Site Web U.S.

Site Web Mondial