Archive pour septembre 2014

Sebastien Ravut : le citoyen qui ne vous fait pas marcher

vendredi 19 septembre 2014

Je connais Sébastien Ravut pratiquement depuis les débuts de Marron Rouge (Juillet 2010). Je l’avais contacté pour faire partie de l’annuaire LE MARCHE CITOYEN et à l’époque ce n’était point possible car nous n’avions de lieu de vente physique et il m’avait alors dirigé vers ECO SAPIENS chez lesquels nous étions déjà référencés.

Et puis Marron Rouge a intégré le Village des Créateurs et là LE MARCHE CITOYEN pouvait nous accueillir. Nous avons même commencé une campagne de communication dès 2011. Nous avons depuis fait trois nouvelles campagnes, qui chaque fois donnent d’excellents résultats en termes de fréquentation sur le site de Marron Rouge.

J’ai rencontré Sébastien à plusieurs reprises et notamment une première fois sur l’avant dernière session de l’Ethical Fashion Show au Caroussel du Louvre. Je suis ses actualités régulières sur les réseaux sociaux.

C’est un homme dont j’ai plaisir à faire l’interview car il partage des valeurs qui me sont chères : humanité, humour, compétence, simplicité, partage.  Il est engagé pour des causes qui me vont droit au cœur : l’humain ! Il ne manque pas d’humour en partageant ses fous rires sans une once de vulgarité même quand les sujets sont limites.  Il a toujours été d’un bon conseil sur mes campagnes de communication. Il vous dit les choses simplement sans détours met sans aucune once de méchanceté ou d’agressivité. Il n’hésite pas à partager ses réseaux, idées, doutes.

 

Maintenant lisez ce qu’il m’a confié et vous découvrirez un Citoyen.

 

 image

Sébastien, pourrais-tu nous faire une brève présentation de ton parcours.

Après des études d’économie, qui m’avaient permis de découvrir Internet (en 1996 :-), j’ai démarré ma carrière dans le Service du développement économique de Montreuil. J’ai réalisé là que les entreprises n’étaient pas toutes pareilles, que les « patrons » n’avaient pas tous le même objectif. En plus de leur chiffre d’affaires, certains se souciaient de social et d’écologie. J’ai aimé ça et déjà geek dans l’âme, j’ai eu l’idée de créer Le Marché Citoyen, un annuaire web pour valoriser ces entrepreneurs là. Mais j’ai été entraîné dans la fièvre du web et j’ai rejoint l’équipe de BeCitizen, fondé par Maximilien Rouer, pleine d’ambition, de chiffres et de têtes bien faites. La bulle Internet a explosé et notre portail web du Développement durable comme sa startup ont été envoyés par le fonds. Enfin non c’est devenu une société de conseil florissante. Après les startup-builders, j’ai rejoint une agence de com en SCOP, Incidences. Là j’étais plutôt chez les militants de l’économie sociale. J’ai continué à développer des sites, des CD-ROM (si ça existait), des applications… et à m’intéresser au développement durable avec des gens inspirants comme Elisabeth Laville ou Elisabeth Pastor-Reiss. Puis en 2006, je me suis lancé en indépendant pour réaliser mon rêve.

Aujourd’hui on te connaît à travers Les Marchés Citoyens mais ce n’est qu’un aspect de ton métier. Peux-tu nous parler de tes domaines de compétences et les organisations qui les portent?

Je gère l’agence Les Marchés Citoyens, qui accompagne aujourd’hui les entrepreneurs de demain dans leur stratégie et leurs médias web. Conseil stratégique, formation web 2.0 et RSE, conception de site et d’applications web sont notre quotidien. L’agence assure également la gestion du Marché Citoyen, l’annuaire. « LE », « LES », je sais ça prête à confusion, mais disons qu’après avoir exploré LE marché des commerces locaux bio, équitables et solidaires, de nouveaux marchés citoyens s’offraient à l’agence. Ca va c’est clair là ? 😉

 

image

 

image

 

 

Je connais ton engagement sur l’écologie, les colibris, les acteurs du changement du monde de demain …., mais pourrais-tu nous en dire un petit plus sur ces engagements?

Je suis coordinateur du collège des partenaires de Colibris, fondé par Pierre Rabhi, Isabelle Desplat et mon ami Cyril Dion. J’anime ce réseau d’entreprises qui se reconnaissent dans Colibris et l’aide à monter de petits ou de grands projets, de communication notamment : Sidièse, SMOL, Université du nous, Outils réseaux…
Il y a 2 mois et demi Cyril Dion m’a demandé de lancer et animer la campagne de crowdfunding du film Demain qu’il réalise avec Mélanie Laurent. Je me suis dit que l’objectif de 200 000 € était un peu fou mais j’ai plongé. En 3 jours, l’objectif était atteint, et la campagne s’est terminée à 440 000 € ! C’est bien sûr Cyril, Mélanie, tous leurs réseaux, notamment Colibris, qui ont permis cette explosion d’enthousiasme et de dons. Le teaser, qui augure d’un film super émouvant, a aussi beaucoup joué. Et puis l’équipe que j’ai animé, avec Anne-Sophie et Nicolas, Céline et Grégory de Colibris, Charles et Adrien de KissKissBankBank, on a tous fait le job, bien organisé, en mode collaboratif, dans la joie, comme j’aime.

 

 

 

 

Quels sont aujourd’hui les projets que tu soutiens et pourquoi?
J’ai de gros clients institutionnelles ou des PME innovantes et engagées et cela me permet de m’engager sur d’autres projets à titre bénévole, ou je dirais plutôt dans une démarche de « bénévolat intéressé » car je crois en leur potentiel : il y a Mes Sages Musicaux  fondé par Vincent David, un vrai tisseur de réseaux « dans la vraie vie » ou open-solutions.info fondé par Shabnam Anvar, elle aussi tisseuse de fils d’or entre les gens.

 

Comment aimerais-tu le monde de demain? Quels acteurs aimerais-tu y voir, dans ce monde de demain (toi y compris)?
J’ai été vraiment touché par l’idée de Cyril Dion dans Demain, inspirée par Nancy Huston, celle de raconter ensemble une nouvelle histoire pour ce monde, et pas celle des pieds dans l’eau de banquise fondue, mais celle à laquelle on aspire vraiment, constituée des solutions qui existent aujourd’hui. Ce monde, je le vois plein d’entrepreneurs, de gens qui construisent et se racontent mutuellement de belles histoires. Car je ne suis pas là sur cette terre pour râler contre le monde tel qu’il tourne. Je suis là pour être heureux et contribuer à la transformation, comme le Colibri dans la légende amérindienne.

 

Tu n’es pas dénué de sens de l’humour est-ce qu’il y a truc (ou plusieurs) trucs qui te font rire en ce moment?
J’adore le Gorafi. J’ai l’impression que des Pierre Desproges et autres humoristes de l’époque (la mienne) revivent en version 2.0 à travers ce site. Il analyse l’actualité d’une manière tellement sarcastique, sans finalement être sinistre. Si j’osais, je dirais que l’approche de ces journalistes est poétique !?
J’aime aussi certains textes, vidéos, images… qu’on partage sur les réseaux sociaux et qui me font bien marrer dans la journée. Avant les réseaux, on avait que rarement l’occasion de rigoler en dehors des repas ou des soirées. A propos des réseaux, j’aime bien partager l’idée que ce sont avant tout des réseaux sociaux, donc humains. Ils ne sont pas du tout virtuels. Les émotions qui y transitent sont bien réelles. C’est ce que je tente aussi de transmettre dans mes formations en entreprises. Le web est maintenant ouvert aux humains, et plus seulement aux professionnels de la com (médias, blogueurs) ou aux robots (Google). J’aime.

 

Le mot de la fin, quelque chose à ajouter?
J’aime cette idée de Vincent Houba, un ami expert en communication non violente et en « transition » dans les entreprises : plutôt que de vouloir changer le monde, tentons de contribuer au monde, ce sera déjà formidable.

Morgan Martinez et M’Kee’S : une marque de mode qui a du sens

mardi 2 septembre 2014

J’ai rencontré Morgan fin mai 2014 ou j’étais invité par des amis communs à participer à un défilé pour le lancement de nouvelles voitures dans une concession d’une grande marque automobile.

Une première réunion préparatoire ou nous définissions les rôles de chacun et les ordres de passage pendant ce défilé.

Lors du défilé, les accessoires de Marron Rouge étaient prévus avec Richard Borg qui préparait les mannequins. Morgan est venu me voir quelques heures avant le défilé et m’a aussi demandé d’accessoiriser tous ses mannequins.

Je ne connaissais pas la marque M’Kee’s et comme je suis curieux de nature, je suis allé voir ou je pouvais trouver des infos sur  cette marque, et j’ai trouvé une marque de vêtements avec une « âme. »

Mais qu’est-ce une marque de vêtements avec une âme? Un homme, une équipe qui prend soin de l’être humain dans son projet d’entreprise. 

M’KEE’S LE FAIT

Logo M'Kee'S

J’aime ce projet, j’aime ses valeurs, j’aime cet enthousiasme, j’aime cette implication. Loin des sentiers battus du domaine de la Mode, M’KEE’S construit et bâtit un joli environnement qui m’a séduit.

 

Plutôt qu’un long discours je laisse Morgan parler, ce jeune homme est jovial, entrepreneur et social. 

 

 

En premier lieu, Morgan, pourrais tu te présenter brièvement et parler de ton parcours.

Je m’appelle Morgan, 33 ans, marié, 3 enfants, autodidacte et co-créateur, avec mon frère et ma sœur, en 2012 de la marque familiale lyonnaise de prêt à porter : M’Kee’S, dont je m’occupe à côté de mon activité principale. Un univers plutôt atypique et différent, puisqu’ une partie des bénéfices de nos ventes est d’ordre caritatif. A côté de cela, mon métier n’a strictement rien à voir puisque je travaille dans un grand groupe du secteur de l’énergie.

 

Morgan Kelly Sullivan (de gauche à droite)

Morgan Kelly Sullivan (de gauche à droite)

M’Kee’S est née à l’initiative commune de 3 membres d’une même famille.  Au delà de l’aspect mode quelle a été la motivation première pour créer M’Kee’S?

Suite au décès de notre regretté grand-père en 2010, nous avons souhaité lui rendre hommage à notre manière. Tous les trois, depuis tout petit, nous avons baigné, de par notre papa, dans l’univers de la mode et du prêt à porter. Nous nous sommes donc dit pourquoi ne pas créer, en son hommage, un projet dans ce domaine, et c’est comme cela qu’est née M’Kee’S. Le nom aux initiales de nos trois prénoms, a été trouvé par notre maman : un beau défi et un bel hommage pour notre grand père. M’Kee’S signifie: Morgan Kelly Sullivan.

 

M’Kee’S est une jeune marque née en 2012 et vous avez pris le pari de vous faire connaître par des événements successifs : défilés, concours de miss. Pourquoi ce mode de communication qui demande beaucoup d’énergie et de disponibilité?

 

Quand on aime on ne compte pas.

Tout a débuté le 20/04/2012, grâce à un établissement qui nous a fait confiance pour notre premier défilé, le Genas Bowling, et de fil en aiguilles, nous avons su mettre en place un climat de confiance au travers des différents projets avec d’autres partenaires et collaborateurs depuis 2012. Pour exemple, nous avons présenté nos collections lors d’élections de miss locales, participer à des soirées caritatives pour récolter des fonds pour différentes associations comme Les Amis de Léonard, l’association Les Ladies, et plus récemment habiller les prétendantes au titre de Miss Lyon pour l’ouverture de l’élection 2014. Actuellement nous avons organisé ou participé à environ une vingtaine d’événements sur Lyon et sa région depuis la création de M’Kee’S.

 

S’ouvrir aux autres, partager et avancer ….

Pourquoi ? La réponse est composé de trois mots clés : Le style, la mode et le caritatif. Tout cela réuni nous permet de sensibiliser les gens très simplement. Et à vrai dire, cela fonctionne plutôt bien puisque beaucoup de personnes nous suivent, nous font confiance et nous les en remercions, modèles, comités, photographes, maquilleurs, coiffeurs etc….

 

Equipe M'Kee'S

Equipe M’Kee’S

Comment recrutez-vous vos modèles pour vos défilés?

Lors du lancement de la marque en 2012 et pour le premier défilé au Genas Bowling, nous avons fait appel à des personnes expérimentées, d’autres peu voir pas du tout. Nous voulions mélanger les expériences. Puis au fil des événements, et par le biais des réseaux sociaux, nous procédons toujours de la même manière. Donner l’opportunité d’être sous le feu des projecteurs, le temps d’un défilé. Nous essayons de réaliser les rêves de ceux qui n’osent pas franchir le cap de ce monde parfois tant décrié.

 « We are M’Kee’S » si différents pourtant tous pareils.

 

Qui dessine ou conçoit vos modèles, et quel est le processus de fabrication?

Nos pièces sont issues de différents fournisseurs à l’international, sur lesquelles, une fois les produits commandés, nous apposons par broderie ou autre technique d’impression, notre logo, ou lettrage de la marque, ou nos dessins. Dès la rentrée, de nouvelles surprises sont prévues, mais je n’en dirais pas plus pour l’instant.

 Produite porté 5

Une des choses qui m’a séduite sur la marque c’est l’aide qui est apportée à des projets sociaux et caritatifs. Pourquoi? Pourquoi ces associations?

L’élément déclencheur fut le concept M’Kee’S Globetrotter : photos de nos clients/ambassadeurs à travers la planète avec un vêtement M’Kee’S, des photos prises sur les quatre coins de la planète comme Ushuaia, le Groenland, l’Australie, le Japon et j’en passe….

L’une des premières personnes à nous avoir proposé des photos, lors de ses voyages fut Clifford, membre fondateur de l’Association Bala. Par la suite, en découvrant l’Association Bala, nous avons été touchés par ce projet : venir en aide, à notre échelle, à des enfants défavorisés et participer entre autre à l’amélioration de leur éducation, et de leur vie.

Nous impliquons donc nos clients de par leurs achats, en reversant une partie de nos bénéfices, depuis 2012, à l’association Bala, afin de venir en aide à ces enfants, situés dans l’état le plus pauvre d’Inde. Nos clients se sentent davantage impliqués car ils contribuent et s’engagent de manière  caritative à notre projet en achetant des articles M’Kee’S.

Comme je le précisais précédemment, M’Kee’S ne s’arrête pas là puisque nous participons aussi à des événements/soirées caritatives dans la région lyonnaise, en apportant notre modeste expérience. Comme pour l’Association des Amis de Léonard où nous avons participé en ce début d’année, à un projet scolaire de quatre étudiantes, qui était d’organiser un défilé afin de récolter des fonds pour cette association. Un très beau moment humain et plein d’espoir tout au long de cette soirée. M’Kee’S est aussi partenaire de l’association des Ladies, association qui défend les droits des femmes et des enfants en France.

Pourquoi ? C’est très simple, nous retrouvons toujours le même but : les enfants. Je suis papa de trois magnifiques petits bouts qui vivent et participent aussi à tous ces projets. En tant que père et sachant l’importance de rendre les enfants heureux, mais aussi en tant qu’homme il était logique que nos engagements se tournent vers les enfants.

 Albert Einstein disait : « La valeur d’un homme tient dans sa capacité à donner et non dans sa capacité à recevoir »

 

Comment vois-tu l’évolution de M’Kee’S à court et moyen terme?

Il est difficile de répondre à cette question, car personne ne peut pas prédire l’avenir. Je pars du principe qu’il faut profiter de chaque instant et en faire ressortir le meilleur comme tous les évènements que nous avons vécu jusqu’à aujourd’hui. Le plus beau des résultats que nous pouvons récolter, c’est de voir le sourire sur les visages des gens satisfaits d’avoir passé un bon moment lors de nos évènements.

A court terme, de nouveaux projets, pour entre autre des associations qui nous ont contacté pour cette fin d’année et également pour 2015 sur le moyen terme. Pour la suite….. Profitons !!!!!

 

Peter Drucker disait «  La meilleure façon de prédire l’avenir est de le créer»

 

Autre chose à ajouter?

Un grand merci à toutes les personnes qui nous suivent et nous encouragent, nos clients, nos amis, et plus particulièrement ma femme, mes enfants, ma famille, mes parents qui nous soutiennent et nous aident dans les bons comme les moins bons moments.

Merci aussi à toi Jean-Marc, de nous avoir donné cette belle opportunité de partager cette superbe aventure qu’est M’Kee’S et de parler de ce parcours depuis 2012.

Pour terminer, juste une phrase qui a beaucoup de sens dans cette belle aventure: Vivre ses rêves et non rêver sa vie.

 

Enfin dernière question : si je te parle de recyclage, d’environnement ou de développement durable, ça t’évoque quoi?

Mon travail tout simplement, puisque mon activité quotidienne est en relation directe avec tous ces termes cités. Je travaille dans le domaine de l’Eco Efficacité Energétique, et contribue à la réduction durable des consommations d’énergies des consommateurs. C’est-à-dire proposer des moyens d’améliorer et de maîtriser la production et l’utilisation de l’énergie tout au long du cycle de vie des produits. Cette notion est cruciale car, jusqu’à aujourd’hui, la consommation d’énergie croît en même temps que les populations et les économies : ce modèle n’est pas durable. Les efforts en matière d’éco-efficacité énergétique visent à résoudre la contradiction actuelle entre développement économique et baisse de l’impact sur l’environnement. En particulier, la lutte contre le réchauffement climatique, priorité des pays industrialisés, passe par la réduction des émissions de gaz à effet de serre, qui sont directement liées à l’utilisation des énergies fossiles et donc à la consommation d’énergie. C’est pourquoi il faut respecter l’environnement par de petits gestes durables pour notre avenir et celui des nos enfants.

 Grégory Bateson disait « La source de la plupart de nos problèmes réside dans l’écart entre le mode de pensée de l’homme et le mode de fonctionnement de la nature. »

 

Site Web

Site Web

 

Retrouvez M’Kee’S sur les  réseaux sociaux

 

BOUTON FB

BOUTON INSTA 

BOUTON PINTEREST

BOUTON TWITTER