Archive pour mars 2013

A bras les cartons

mercredi 27 mars 2013

C’est  « à bras les cartons » que l’aventure Marron Rouge aura commencé pour moi …

 

Après nous être rencontrés en février dernier pour discuter de comment je pourrais venir le soutenir dans le projet, c’est dans le petit atelier du Village des Créateurs en plein déménagement, que j’ai rejoint Jean Marc, le premier jour de mon stage, il y a 3 semaines. En essayant de me frayer un chemin entre les cartons prêts à être enlevés, j’ai vu ce jour-là un Jean Marc souriant mais au regard un peu triste, absent. Je compris quelques jours plus tard que j’arrivais au moment où une page se tournait dans l’histoire du petit logo               « indianisant »… le petit nid du passage Thiaffait, c’était fini, il fallait partir et voler de ses propres ailes. Mais c’était décidé : cela ne se ferait pas sans moi !

 

Moi, c’est Adèle. Jeune active de 27 ans, diplômée de communication et, comme Jean-Marc, obsédée du recyclage et désireuse de bâtir un monde plus propre et plus beau, j’ai depuis toujours souhaité travailler pour une entreprise consciente : consciente de ce qu’elle apporterait à la société, et de pourquoi et comment elle le ferait. Sensible à la beauté de ses créations, mais aussi à l’intégrité du projet « éthicologique » de Marron Rouge, je ne pouvais que adhérer à cet état d’esprit et vouloir faire partie de l’aventure… même s’il fallait les porter tous ces cartons, ces sacs, la table en teck massif et la veille table à machine à coudre Pfaff qui semblait peser une tonne ! Et puis la nouvelle boutique était si belle, avec ses pierres et ses poutres apparentes ! Je le savais, Marron Rouge, ça allait marcher et Marron Rouge et moi, ça allait coller !

 

Les 3 premières semaines qui suivirent mon arrivée dans l’entreprise me permirent de commencer à comprendre concrètement l’organisation de l’entreprise de Jean-Marc : un fondateur « omni-tâches » qui se consacre autant au design de ses produits qu’au webmarketing, en passant par la maîtrise de la chaîne de confection et d’acheminement du produit, la prospection de revendeurs et le développement d’une plateforme d’e-commerce.

Après une visite dans les locaux de Bioport à Vaulx-en-velin et ma participation à la journée presse organisée par l’agence de Presse My Beautiful RP à Paris, je découvris que s’articulait autour de lui deux équipes de professionnels auxquelles Jean-Marc fait appel pour le travail de communication et de logistique :

–          Son bureau de presse, dédié au développement de ses relations presse. Spécialisée dans le domaine du bio, de l’écologique et de l’équitable, l’agence My Beautiful RP  représente une équipe de professionnels indispensable à la renommée grandissante de la marque et de son créateur dans le secteur du design « éthiquable ». Son travail se fait ressentir directement sur les ventes de la petite entreprise.

–          Une plateforme logistique (Bioport) responsable de faire le lien entre les fabricants en Inde et les revendeurs ou les clients finaux en stockant les produits Marron Rouge et en préparant les différentes commandes.

Ces différents prestataires garantissent à Jean-Marc plus de sécurité dans des tâches qui ne correspondent pas à ses compétences premières et qui requièrent pourtant beaucoup de temps, de précision et de professionnalisme.

Au niveau du positionnement de la marque, je crois avoir compris que Marron Rouge souhaitait apparaître comme une marque de produits de mode et de design écolo et de qualité, à la fois haut-de-gamme et accessibles.

 

Enfin en ce qui concerne son identité de marque, Marron Rouge semble avoir compris l’intérêt de se concentrer sur les matières qui l’ont faite connaître –le pneu, la chambre à air, la toile de sac de parachute et la ceinture de sécurité recyclés- et d’en faire son cheval de bataille. En effet, on dirait bien que la gomme, la toile et la ceinture de sécurité soient finalement l’ADN de la marque et qu’elle aurait bien intérêt à le préserver… sans pour autant se brider ! Jean-Marc n’a d’ailleurs pas hésité à étendre récemment sa collection de sac en toile de sac de parachute ou à développer sa « flotte » de mobilier design, mais bien plus encore ! A partir de mai 2013, c’est non plus en déco, sur l’épaule, sur l’oreille ou sous les fesses que l’on pourra voir Marron Rouge, mais bel et bien sur les pieds !! Après le mobilier, les sacs et les bijoux, c’est grâce à une jolie rencontre entre Jean-Marc et son ami designer Stéphane Bourmaud-Baudet qu’est née l’idée d’ouvrir la collection au « prêt-à-porter-sur-les-pieds » ! Ainsi donc, il ne nous reste plus qu’à souhaiter bonne chance à notre marque de recyclé touche-à-tout !

Marron Rouge, Facebook les amis, et les chaussures…

lundi 25 mars 2013

Il était une fois…

Non je recommence car ce sont les contes de fées qui commencent de la sorte.

Pour ceux qui me connaissent un peu, je suis assez présent sur les réseaux sociaux et notamment Facebook.

J’ai tissé depuis l’arrivée de Marron Rouge sur ces réseaux un certain nombre « d’amitiés » et de contacts plutôt sympathiques, et dont un (je dirais plutôt une) avec laquelle on échange assez régulièrement et d’une manière plutôt humoristique et déridée.

Nathalie Locquen, c’est elle dont on parle qui a appris la broderie avec « les grands-mères » et qui a repris la couture à la naissance de ses enfants.

Un jour de délire, elle m’a envoyé un « post » sur ma page Facebook en disant, qu’il ne manquerait plus que Jean-Marc Marron Rouge nous fasse des chaussures recyclées. J’ai trouvé le pari « audacieux ». Je lui ai répondu que ce n’était pas dans mes compétences et que la personne compétente pour faire du design de chaussures Stéphane Bourmaud-Baudet ,  un ami de Facebook aussi et un ancien designer chez Clergerie

 

Au départ loin de moi de faire des chaussures et puis j’ai appelé Stéphane et lui ai dit pourquoi pas ? Est-ce que le projet de faire des chaussures totalement recyclées était un projet qu’il voudrait faire. Nous nous sommes rencontrés une première fois à Paris. J’ai expliqué à Stéphane comment je souhaitais les chaussures et les matières et en nous limitant dans un premier temps à des chaussures « simples » style sandales, mules.  J’ai tout de suite vu une extension de la collection d’accessoires. La Paix Joyeuse. Les matériaux pressentis de mon côté étaient, le pneu en semelle, la chambre à air en extérieur/dessus et la toile de sac de parachute (coton) et qui serait en contact direct avec la peau.

Stéphane a ensuite « planché » est venu à Lyon au Village des Créateurs  pour que l’on travaille plus en détail avant mon départ en Inde du mois de janvier 2013. Stéphane m’a ensuite laissé les maquettes qu’il avait préparées et lorsque je suis arrivé en Inde pour faire les prototypes des autres éléments de mes nouvelles collections, je leur ai montré les chaussures… Ils ont été étonnés maisséduits et ils ont dit CA MARCHE ! Les chaussures recyclées de Marron Rouge étaient nées.

J’aime aventures humaines qui débouchent sur du réel et du concret.

Cette collection sera disponible en mai, 2013 au prix de 49 € pour les  4 modèles femmes et de 59 € pour le modèle homme.


 

Le Communiqué de Presse

 


 

 

 

Les premiers articles de Presse