Archive pour mars 2011

Le jeudi de la mode éthique : Rebecca Armstrong – Mode ethique Pile ou Face?

jeudi 31 mars 2011

Comme promis, j’ai confie la rubrique du jeudi a Rebecca Armstrong. Vous vous souvenez Rebecca? Elle m’a fait un interview, et l’a publie sur son blog. J’ai donc invite Rebecca a être la « redac chef » de cette rubrique aujourd’hui et je suis loin d’être déçu, bien au contraire. C’est bien ce naturel qui vous colle a la peau. Merci Rebecca

« Ma peau veut de la douceur, mes yeux veulent des couleurs, mon âme réclame du sens…

 

Côté pile, je m’engouffre dans une de ces enseignes géantes, je me laisse happer par les néons jaunes. Chaque saison désormais, sous ses hauts plafonds, anonyme parmi les anonymes, un étal « éthique » m’interpelle. Une goutte de coton bio et voilà qu’une pile de mode éthique s’offre aux fashionistas du monde entier.

 

Côté face, le sens d’abord, le produit ensuite. Je veux un vêtement qui ne sent pas la mort. La mort des petites mains de l’industrie textile. La mort de petits bouts de planète, là-bas, là-bas aussi, et puis là, un peu plus loin aussi, tout près, un peu partout, dommage collatéraux de ces si belles couleurs et matières, fuites qui s’infiltrent et pénètrent les entrailles de la Planète, pollutions aux couleurs chatoyantes, au parfum d’argent. La mort de savoir-faire sous le drapeau d’une uniformisation planétaire. Faire face à ces réalités. Choisir.

 

Pile ou face? Je n’ai jamais été douée aux jeux du hasard. Et la mode éthique, ce n’est pas une histoire de hasard. Alors je fais le voeu d’éviter le côté obscur. Comme en matière de consommation Bio, je veux que la mode éthique soit populaire. Qu’elle parle au plus grand nombre. Pas pour autant une éthique au rabais. Que le sens soit fédérateur, que le sens devienne un étendard, une bannière sous laquelle recréer un modèle social. Utopie? Peut-être mais il en faut un peu, non?

 

En attendant, ma réalité est bien souvent éloignée de ce que je peux imaginer confortablement installée dans les réflexions moelleuses de mon canapé… La mode éthique est compliquée. Éthique environnementale, éthique sociale, éthique économique, les trois Mon Capitaine? Et puis elle est où la mode éthique? A Paris? Sur Internet? Moi qui ne suis qu’une provinciale, devant mon ordinateur, je vais, de pages en pages… mais le doute est là, acheter, sans avoir jamais pu toucher, sans que le désir ne soit amorcé par un contact réel? Alors de temps en temps, une pièce, un objet arrive dans ma boîte aux lettres. Mais l’expression de temps en temps sent l’anecdote, l’exceptionnel. J’en voudrais plus. Mais je ne veux pas mentir. J’ai juste envie. Vous aussi sans doute. L’avenir de la mode éthique est déjà beau de toutes nos envies réunies. Demain nous découvrirons des boutiques en capitale… et en province! Alors nous pourrons toucher du doigt la mode éthique. Je pourrai sans hésiter être vêtue de sens.

 

EARTH HOUR 2011 : C’est aujourd’hui

samedi 26 mars 2011

Le 26 janvier avec un certain nombre d’Eco informateurs, nous avons décidé de nous mobiliser pour l’Earth Hour qui aura lieu ce soir le 26 mars de 20h30 à 21h30. Un rappel sur ce qu’est l’Earth Hour : événement mondial dont c’est la 3ème édition. C’est un évènement fédérateur qui vise à mobiliser les citoyens, les pouvoirs publics, les villes et les entreprises autour d’un geste simple : Eteindre la lumière pendant 60 minutes (c’est le sens du logo) pour marquer la volonté de tous de lutter contre le dérèglement climatique. Il est clair qu’éteindre la lumière ( !) pendant une heure sensibilisera toutes les personnes qui seront touchées directement ou indirectement par cet événement.

Prenons le temps pendant cette heure pour penser à comment on peut vivre mieux, comment on peut consommer mieux et peut être essayer de répondre aux 15 questions posées par Abi sur Vertissimmo sur son précédent billet sur l’Earth Hour sur le nucléaire.

Une chose n’oublions pas de rire et de s’accorder de la fantaisie :  on va va avoir une chance inouîe ce soir de discuter, de rire avec ses amis, ses proches, sans musique simplement dans la parole et le dialogue. Un vraie fête de l’être humain.

Je ne prônerais pas non plus pour ce soir de faire des trucs inconsidérés ou de ne pas faire. Ce n’est pas parce que le WWF nous encourage à éteindre la lumière pendant une heure qu’il faille faire  tout et n’importe quoi. Faîtes ce que bon vous semble.

Comme je disais sur mon précédent billet on va réfléchir (ou pas), en profiter pour se reposer (ou pas), mais surtout cette année réfléchissons. Et puis continuons tout le reste de l’année à ‘économiser l’énergie

Je vais terminer sur une note d’humour  sarcastique  : La vitesse de la lumière est supérieure à celle du son. C’est pourquoi bien des hommes ont l’air brillant jusqu’à ce qu’ils ouvrent la bouche.

Bonne soirée à vous.

Voici les liens des autres billets des autres eco-informateurs :

ABONEOBIO, ARTGEO TV, ECOLO CITADINE,OBJECTIF PLANETE, QUAT’RUES , SHOPECOLO, UN BUREAU SUR LA TERRE,VERTISSIMMO,WIKI2D

 

Le jeudi de la mode éthique : TEES4TREES

jeudi 24 mars 2011

Mai 2010 je suis dans les rues de Lyon, et je cours un peu partout afin d’ouvrir le site de Marron Rouge à temps. Mon portable sonne : Bonjour je m’appelle Remy Giemza et je voudrais savoir s’il était possible de visiter votre appartement car j’ai vu l’affiche de la vente  d’un appartement dans la vitrine de l’Atelier Prométhée. Je réponds oui et on se retrouve 30 minutes plus tard. Un jeune homme accompagné d’un autre monsieur visiblement anglophone me retrouvent sur la Place Sathonay à Lyon. « L’anglophone » recherche un appartement soit sur Paris, soit sur Lyon et il est accompagné de son associé. Nous allons ensuite visiter mon appartement et, au fil de la visite, ils me demandent ce que je fais dans la vie et je leur explique que je suis en train de monter le projet éthique de Marron Rouge et là ils me racontent un peu ce qu’ils sont en train de mettre en place : TEES4TREES. s Mais qu’est-ce que c’est ? Et là ils m’expliquent leur concept : si je leur achète un T-Shirt, ils plantent un arbre.

Quelques temps plus tard je décide de les revoir pour en savoir un peu plus pour pouvoir faire un billet sur la mode éthique.

Rendez-vous le 12 mars,2011 au restaurant la Bonâme de Bruno à Lyon à 20h30, pour un dîner pour avoir un interview des deux fondateurs , Rémy Giemza et Scott Thompson de cette belle marque éthique.

Apéritif et prise de commande par le restaurateur et là je commence à questionner Scott en lui demandant ce qu’il avait fait auparavant.  Scott a été avocat pendant plus de 30 ans aux Etats-Unis et un beau jour il « craqué » car marre de s’astreindre à des horaires infernaux. Il arrête son job, vend son appartement de New York et arrive à Paris sans but précis. Et là pendant son séjour il tombe amoureux et pas que de la ville. Il rend visite aussi à Rémy Giemza qu’il avait rencontré aux Etats-Unis.

Rémy quand à lui a fait des études d’avocat et a travaillé comme avocat stagiaire au sein du cabinet d’Emmanuel Pierrat. Dés son plus jeune âge, il a été bercé par l’environnement au sein d’une famille bourguignonne.

Petit à petit, ils se rendent compte  qu’ils possèdent en commun les mêmes valeurs humanistes  et l’amour de la nature. Ils veulent faire quelque chose d’intelligent et de responsable. Ces deux hommes décident alors de créer, Tees 4 Trees, une belle marque respectueuse de l’environnement.

Entrées et plats nous sont servis (pas en même temps je vous rassure)

Ils construisent Tees 4 Trees autour de trois règles d’or :

  • La fabrication de tous leurs vêtements est certifiée coton bio, en l’occurrence aujourd’hui le label GOTS
  • Plantation d’un arbre sur le lieu de votre choix. Vous pourrez en plus géolocaliser sur Internet le lieu de plantation de votre arbre

Lutte contre le gaspillage : Lorsque vous commandez un vêtement chez Tees4trees vous acceptez un délai de livraison qui peut atteindre 8 semaines ce qui leur laisse le temps de fabriquer le vêtement et vous l’expédier.

Pour la plantation d’arbres ils sont en partenariat avec un certain nombre d’associations qui s’occupent de reforestation  sur notre globe. En cette année 2011, année de la forêt décidée par l’ONU, ce beau projet a tout son sens. Un bel article publié par Abi de Vertissimmo sur cette année de la forêt et ses enjeux

Aujourd’huiTees4Trees est en partenariat avec des grandes villes américaines pour planter des arbres…..dans les villes (ouf on va respirer un peu plus !)

Tees4Trees est implanté en France et aux Etats-Unis et leur stratégie commerciale s’étend des deux côtés de l’Atlantique.

Les desserts arrivent et l’atmosphère est carrément à l’euphorie je leur raconte des histoires drôles sur mes parents : Rachel et Joseph (ça on ne pouvait pas l’inventer !).

J’ai passé un pur moment de délice avec ces deux hommes, on a excellemment bien mangé et un projet de cette force éthique et bien chapeau messieurs.

Un détail, que j’avais oublié de vous préciser en plus les T-hirts sont beaux.

Un autre détail, ce n’est ni Scott ni Rémy qui a acheté mon appartement

Longue vie à Tees4Trees

Site Web France

Site Web U.S.

Site Web Mondial

Rebecca est en vacances

jeudi 24 mars 2011

Contrairement à ce que nous vous avions annoncé, la rubrique du jeudi de la mode éthique ne sera pas assurée par Rebecca cette semaine. Il y en a qui n’ont pas des vies faciles : Rebecca est en vacances.

Bonnes vacances Rebecca et à la semaine prochaine.

EARTH HOUR 2011 : une nécessité ou une obligation?

vendredi 18 mars 2011

Le 26 janvier avec un certain nombre d’Eco informateurs, nous avons décidé de nous mobiliser pour l’Earth Hour qui aura lieu le 26 mars de 20h30 à 21h30. Nous voilà donc à une semaine  de l’échéance. Un rappel sur ce qu’est l’Earth Hour : événement mondial dont c’est la 3ème édition. C’est un évènement fédérateur qui vise à mobiliser les citoyens, les pouvoirs publics, les villes et les entreprises autour d’un geste simple : Eteindre la lumière pendant 60 minutes (c’est le sens du logo) pour marquer la volonté de tous de lutter contre le dérèglement climatique. Il est clair qu’éteindre la lumière ( !) pendant une heure sensibilisera toutes les personnes qui seront touchées directement ou indirectement par cet événement.

Aujourd’hui avec ce qui est en train de se passer au Japon, cet événement prend encore plus de sens ! Il faut vraiment trouver une alternative à comment nous produisons l’énergie. Je suis un peu comme Ecolo-Info je n’ai pas le cœur à la fête et j’ai une profonde humilité pour ce peuple japonais qui est en train de payer en première ligne de l’inconscience à utiliser de la mauvaise énergie. Comment un peuple qui a pris deux bombes a-t-il pu faire le choix du nucléaire ? (cf Anne Sophie Novel Ecolo-info)

Donc oui réfléchissons pendant cette heure à ce que l’on peut faire sans lumières. Je ne suis ni un donneur de leçons ni un détenteur vérité.  Je ne me leurre pas non plus, le message qui vous parvient vous arrive certainement grâce à l’énergie qui est produite par le nucléaire. On ne pourra pas non plus arrêter toutes les centrales comme ça du jour au lendemain. Mais bon sang Mme Lauvergeon, ça serait vraiment super si le soir du 26 mars vous arriviez en disant voilà le plan que nous prévoyons pour les 30/50 ans à venir en ce qui concerne la production d’ énergie : vous arrêtez le nucléaire, vous trouvez des solutions alternatives, et vous pensez aux hommes et femmes qui peuplent notre planète. Et nous, les citoyens nous trouvons des alternatives à consommer autrement sans oublier notre plaisir et la fantaisie.

Suis-je utopique, à côté de la plaque ? Je ne répondrais pas à cette question, mais par contre l’envie d’être un peu plus solidaire.

Donc ça serait vraiment bien si on éteignait les lumières le soir du 26 Mars, 2011 pas seulement pour nous mais aussi pour les autres.

Voici les liens des autres billets des autres eco-informateurs :

 

Vous avez dit Rebecca?

vendredi 18 mars 2011

28 Février 16h10 : voilà le message que je reçois via ma boîte de messages sur Facebook : « Sur mon blog (http://rebekbek.typepad.com/), chaque vendredi, je publie l’interview d’une personne qui, à son échelle, fait avancer la prise en compte des enjeux du développement durable.
Je voudrais, si vous l’acceptez, vous soumettre mes 11 questions…
Si vous êtes partant, envoyez-moi un mail à……

Première chose je vais voir le blog :  je me ballade, je vois les interviews du vendredi, les coups de « gueule » sur la mode éthique, les critiques de film et puis au fil des lectures je sens cette humanité qui transparaît, cette intelligence fine et cette amoureuse de l’humain et je dis banco je vais accepter l’invitation de Rebecca. Je vais non seulement accepter l’invitation de Rebecca mais aussi lui demander de « travailler » un peu et de se présenter car j’ai décidé de vous présenter cette belle personne qu’est Rebecca. Donc la voici et je la laisse parler «  Je suis tombée dans le développement durable à l’orée du 21ème siècle… C’est par ma formation que j’ai découvert les problématiques liées à nos modes de vie, inadaptés à la finitude des ressources de la Planète. Pourtant, j’avoue que ce n’est pas tant la dimension écologique qui m’a interpellé. Pour moi, c’est la question humaine qui est centrale. Consommer ici sans limite, alors que cela coûte la vie à d’autres !

J’ai l’immense chance de travailler sur des sujets qui me touchent : je suis responsable des politiques publiques durables dans une intercommunalité en Haute-Normandie. Au quotidien, j’essaie de faire en sorte de proposer aux élus et de mettre en œuvre des actions concrètes pour améliorer la haute qualité durable de la collectivité. Je travaille également sur la coopération décentralisée. C’est donc l’occasion pour moi de me pencher plus précisément sur les enjeux de solidarité internationale. Ce boulot me passionne !

En parallèle, j’ai créé mon blog en septembre 2010. C’est un « loisir », un petit bout de vie en plus que l’alimente quand j’arrive à dégager « du temps de cerveau disponible ». Cet espace virtuel, je souhaite qu’il serve à l’échange. Il est tout jeune, j’espère qu’il va bien grandir, je fais tout pour l’éduquer de la meilleure façon qu’il soit ! Ce blog est un lieu pour parler de développement durable assez souvent ; mais aussi sur d’autres sujets : la musique, des lectures, …

Mon « petit supplément de vie durable », je le trouve aussi en étant chroniqueuse radio. Tous les mardis matin, ma chronique durable est diffusée sur la radio rouennaise HDR (www.radiohdr.com), chroniques que l’on peut réécouter sur mon blog évidemment ! J’essaie de faire vivre le développement durable à l’antenne en évoquant des sujets parfois graves (le lac Tchad, le probo Koala, le gaz de schiste, …), parfois plus légers (reverse graf, ethical fashion show, palmes des people verts, …). Bref, avec le développement durable, je m’éclate tout en véhiculant des valeurs éthiques ! Que demander de plus…

Pour autant, je sais que dans ma vraie vie, je ne suis pas forcément exemplaire… Sur mon blog, j’ai « osé » donner mon empreinte écologique… le résultat n’est pas très réjouissant… Je m’habille essentiellement chez les grandes enseignes, la mode éthique reste occasionnelle. Néanmoins, j’avance doucement vers Le Moins. Viser la qualité, plus que la quantité. Bref, j’ai encore beaucoup de travail.

Je voudrais que l’éthique au quotidien devienne populaire. Pour ce faire, il faut que le marché bouge. Aujourd’hui, je peux quasiment remplir mon caddie de courses avec du bio et du commerce équitable. Lorsque des enseignes multimarques éthiques verront le jour, mon dressing sera plus vertueux…

Mes rêves ? Je voudrais que les grands médias s’ouvrent vraiment au DD. J’ai des idées en la matière mais ne faisant pas partie de cet univers, ce projet reste un doux rêve. Dans ma vie, je veux pouvoir continuer à faire en sorte que ma vie professionnelle et ma vie privée puissent être cohérentes, un peu plus chaque jour, c’est déjà un grand chantier non ? »

Voilà vous avez un aperçu de qui est Rebecca. Je trouve sa démarche tellement bien que j’ai  invité Rebecca à préparer le prochain article du jeudi de la mode éthique pour le jeudi 24, 2011. Donc nous retrouverons Rebecca jeudi prochain en tant que rédactrice du jeudi de la mode éthique.

Merci Rebecca pour l’interview publié ce jour sur ton blog

UNIVERSAL LOVE : Attention à vos cartes de crédit

jeudi 17 mars 2011

 

Vous vous souvenez, j’avais fait un billet sur UNIVERSAL LOVE.

Eh ben voilà qu’ils ont un vrai site avec des vrais articles à acheter. Moi je pense que je vais craquer, les prix sont tous doux, des T-Shirts en coton Bio à moins de 20 Euros, des badges, Un CD. Bref l’article le plus cher c’est 35,00€!

En plus le site est joli avec leur super logo.

Moi je pense que je vais craquer!

 

Le jeudi de la mode éthique : KULT&CO

jeudi 17 mars 2011

La première fois que j’ai vu Anett Oehler  et Nadège Rembeault , nous n’avions pas encore nos bureaux au Village des Créateurs à Lyon. Je sortais d’une grosse grippe et je les avais reçues chez moi (mon bureau de l’époque) en pantoufles ! Pour faire la promotion de la mode éthique c’est une entrée en matière !!!

J’entrais en contact avec KULT&ECO et me demandais qui elles étaient…

KULT&CO est un collectif organisateur d’événements culturels qui œuvre pour la promotion de la mode éthique. L’équipe est composée de jeunes professionnels du stylisme, de l’événementiel, de l’écologie et de la culture.

Leur but est de faire connaître une alternative au commerce et à la production industrielle qui cause de nombreux problèmes humains comme écologiques. Par leurs actions ils font découvrir au plus grand nombre le travail de créateurs et de producteurs ayant des valeurs éthiques : textiles biologiques, teintures végétales, recyclage, commerce équitable, économie sociale et solidaire, etc.

Les objectifs principaux :

–          soutenir des créations éthiques innovantes et accessibles

–          créer des liens entre les différents acteurs: les créateurs, les producteurs, les distributeurs et les consommateurs

–           informer et former aux techniques de production écologique (teintures végétales, sérigraphie à l’eau, etc.)

–          sensibiliser le grand public au sujet des produits issus du commerce équitable : il y a des alternatives qui sont bon marché, esthétiques et issues de la création. (je rajouterais pour faire plus court, qu’il n’ya pas que le poncho et le macramé dans le commerce équitable)

Nous avons demandé à Anett, l’une des deux fondatrices de KULT&ECO de nous en dire un peu plus sur ses motivations : « Quand j’ai passé ma formation de stylisme-modélisme à Berlin, je m’étais demandé si je voulais travailler dans le secteur de la mode/textile. Les informations que j’ai pu récolter et les films documentaires  que j’ai vus sur cette industrie m’ont encouragés à ne pas travailler pour de grandes marques textile . J’ai cherché des alternatives et j’ai trouvé mes valeurs dans la mode éthique, des petites marques engagées avec un style contemporain.

Quand je suis arrivée à Lyon en automne 2008, je n’ai pas trouvé beaucoup de marques éthiques dans la mode lyonnaise. Par la rencontre avec Nadège en 2009, j’ai trouvé un partenaire dynamique et créatif. Ensemble, nous pouvons réaliser et mettre en scène nos valeurs en organisant des événements culturels autour la mode éthique – une nouvelle forme pour éveiller la curiosité du grand public sur ce thème. » C’est plutôt charmant d’écouter Anett avec un petit accent germanique et de plus toujours souriante.

Nadège, la co-fondatrice de KULT&CO nous ajoute : « Mon métier, c’est la coordination de projets culturels.  Mon lien à la mode éthique ? J’ai toujours été attentive aux conditions de fabrication qui se cachent derrière chaque vêtement et objet. J’ai voulu aller plus loin, m ‘engager. Aujourd’hui avec Kult&co je fais la promotion de la mode éthique, parce que c’est un sujet passionnant, qui permet d’aborder des sujets de société extrêmement variés.

Plasticienne à l’origine, j’emploie ma créativité à mixer les genres pour rendre accessible et festif les événements de KULT&CO : carnaval, théâtre, musique, etc. » La dernière que l’on s’est vus avec Nadège c’est dans un café au nom évocateur le « Café Cousu ». Elle était toute sourire et elle me parlait du prochain festival que KULT&CO est en train d’organiser du 3 au 22 mai 2011 à Lyon :   Mode Ethique et Création Africaine. Nous allons certainement participer à cet événement autour d’un débat ou d’une table ronde sur l’économie sociale et solidaire.

KULT&CO Voilà encore une belle initiative qui mérite d’être soutenue et qui est portée avec force et motivation par ces deux jeunes femmes.

FacebookBlog

Le jeudi de la mode éthique : Laspid

jeudi 10 mars 2011

Aujourd’hui  j’ai fait le fainéant j’ai décidé de laisser parler Sébastien Delabre un des fondateurs de Laspid. Il est vrai que son témoignage est plutôt complet, mais ne vous inquiétez pas je vous retrouve à la fin de ce témoignage.

«  Même si beaucoup de monde gravite autour du projet Laspid, nous sommes toujours deux à le porter depuis le début, Franck et moi-même. Nous sommes 2 amis d’enfance, originaires du Puy-en-Velay en Haute-Loire. J’ai étudié l’économie et Franck l’automatisme et l’informatique.

Depuis le début des années 2000, nous nous amusions à réaliser des t-shirts pour des copains et l’envie d’en faire notre métier, associée il est vrai à un raz-le-bol de nos emplois respectifs de l’époque, nous ont conduit naturellement au montage du projet avec l’envie d’en faire notre travail à plein temps. En parallèle, nous étions investis dans des associations. Avec notamment en ce qui me concerne un passage comme bénévole chez Artisans du Monde qui m’a conforté dans l’idée que ce projet, s’il voyait le jour, serait le reflet de ce qui nous importe et verrait le jour dans le respect de Hommes et de l’environnement.

Le projet Laspid est donc né en 2005 et nous avons édité nos premières séries limitées de t-shirts en coton bio et issus du commerce équitable en 2006. Trouver des modèles à la fois bio et équitables fut relativement difficile mais nous voulions associer ces deux points tant il nous semblait qu’ils sont complémentaires. Ce fut chose faite lorsque nous avons rencontré les fondatrices d’Ideo dont les valeurs et démarches correspondaient aux nôtres. Aujourd’hui encore, nous travaillons avec Ideo dont la filière est basée en Inde (de la culture du coton à la confection). Depuis les débuts, nous travaillons toujours essentiellement à partir des surplus de matières inutilisés par les autres marques qui travaillent avec le même atelier de confection que nous… un vrai échange positif qui permet à l’usine d’optimiser sa production et à Laspid de proposer de toutes petites séries (de 1à à 100 exemplaires) dans une multitude de coloris et de modèles. Je crois que nous avons été la première boutique en ligne à proposer uniquement des séries limitées de t-shirts à la fois bio et équitables.


 

 

En ce qui concerne la sérigraphie, nous travaillons avec un artisan sérigraphe basé à côté de Lyon. Nous allons réaliser à ses côtés toutes nos séries limitées. Artisan motivé pour réduire l’impact de cette technique d’impression sur l’environnement et améliorer la qualité des créations, nous avons testé avec lui des alternatives aux encres Plastisol et il réalise depuis 2007 nos sérigraphies avec des encres à base aqueuse ne contenant ni PVC, ni métaux lourds, ni phtalates, ni formaldéhyde. Autre avantage de ces encres plus respectueuses de l’environnement, de l’eau suffit à nettoyer les films et les cadres et l’on n’utilise plus de solvants.»

Comme d’habitude je ne me suis pas posé la question plus de 5 minutes quand j’ai rencontré ces deux jeunes  hommes porter ce projet : une éthique irréprochable, des t-shirts dans la tendance, du graphisme innovant. Outre le site internet, Laspid a aussi un blog et notamment un superbe article sur JR vous savez l’artiste qui a réalisé l’un des plus beaux films de cette année « Woman are Heroes », et puis il y a la boutique en bas des pentes de la Croix Rousse, très jolie boutique, spacieuse.

Merci à Sébastien, pour son accueil toujours chaleureux au sein de la boutique. Merci à Franck pour sa superbe intervention hier, au sein du Clace, nous avons trouvé le fil conducteur de la communication pour la quinzaine.

Aujourd’hui LASPID vous propose non seulement toute une série de vêtements pour toute la famille mais aussi des accessoires tels que des sacs, petits articles de papeterie et sous-vêtements.

FacebookBlogTwitter

Deux ans!

lundi 7 mars 2011

Housse Ipad en Chambre à air Recyclée

C’est gentil d’être invité à un anniversaire! C’est une belle marque de sympathie, surtout à cet age là : deux ans! Voilà qu’un matin je me lève, et je te bouscule…..mais non je confonds tout!

Bon je recommence :Un jeudi de février  il est 15h13 précises (si je me lève à cette heure ci………) , je reçois un mail d’un Mikaël qui me dit qu’il a deux ans. A cet age là il écrit super bien! Il m’invite pour son anniversaire. Quel honneur! Il me conseille d’aller d’aller voir son blog. Décidément il m’intrigue! Bref je me laisse faire et je vais voir le blog. Je lis mais j’imprime pas tout de suite. Une fois que j’ai imprimé (deux fois le même jeu de mots, c’est un peu exagéré tout de même!!!) je me rends compte que j’ai à faire à l’éco-blog de l’imprimerie Villière (trois fois le même jeu de mots, je frise le ridicule…..).

J’accepte son invitation et je lui offre deux cadeaux (un pour chaque année).

Housse Iphone en Chambre à air Recyclée

Et en plus je suis sûr et certain que c’est un garçon généreux, allez voir sur le blog je vous le garantis.

Comme ce Mikaël se plaît à le dire : « Si nous avons ouvert l’éco-blog, c’est pour sensibiliser un maximum de personnes et nous permettre d’exprimer notre façon de voir l’écologie, avec humilité, ouverture d’esprit et toujours dans la bonne humeur ! »

JOYEUX ANNIVERSAIRE A L’ECO-BLOG